Je suis une brebis, pas un mouton !

Je suis plutôt assez d’accord avec JJ. Je suis une brebis dont le Seigneur est le berger.

Pense toi-même

20140512-131054.jpgMon dernier billet a donné lieu à plusieurs discussions parfois très enflammées, en ligne ou IRL, ayant mené à certaines accusations envers ma personne. J’ai entre autre appris que j’étais un nouveau riche bobo hypocrite — ce que je considère comme une bonne nouvelle pour mon portefeuille, j’en parlerai à mon banquier. Mais j’ai en outre été à mon sens injustement taxé de relativisme.

Et ça, ça m’agace.

Vivement.

View original post 248 mots de plus

Publicités
Vanity Fair

Vanity Fair

Vanité, tout n’est que vanité, même mon blog.

Je ne suis pas comme ces jeunes loups nouveaux arrivés dans la blogosphère, assoiffés de vues et nourrissant les plus hautes ambitions pour leurs billets écrits à chaud et partagés sur les réseaux sociaux (et pourtant je commence ce billet par JE, shame…). Je préfère me voir à la tête d’un blog plus intimiste, sans être intime, qui attire quelques lecteurs mais qui me ressemble. Bref, je ne suis peut-être pas Koz ou Fik mais je ne cherche pas à les imiter, je ne pourrais pas. Tout blogueur commence avec peu de vues, peu de lecteurs, certains accèdent aux centaines de lecteurs réguliers, d’autres non, c’est la vie et la duuuure loi de l’Ouest.

Lire la suite

Adoptez un khâgneux

Adoptez un khâgneux

Banzaïïïïï !!!!

Banzaïïïïï !!!!

Anaïs a un problème. Anaïs pourrait faire partie des émotifs anonymes ou d’une quelconque organisation qui a pour but d’aider les gens comme elle. Anaïs est hyper sensible et d’un naturel anxieux, elle n’arrive pas à gérer correctement son anxiété. Un jour quelqu’un lui a dit que les personnes comme elle mouraient avant soixante ans, elle avait semblé prendre les choses à la légère et avait souri. Mais ces paroles venaient de temps en temps lui chatouiller l’esprit. Elle n’avait pas oublié, elle oubliait rarement les paroles, actes, gestes qui avaient pu la marquer. Elle était hantée par son passé. Tout revenait régulièrement, il suffisait d’un rien, parfum, voix, situation, personnes, pour que tout remonte à la surface et qu’elle revive situation et sentiments d’alors. D’aucun la traiterait de psychopathe, de folle à tendance névropathe ou autres termes médicaux compliqués qui n’avaient aucune réalité, aucune consistance pour elle. Mais pour elle, elle était juste elle, une personne sensible, pas plus faible qu’une autre, fonctionnant seulement différemment.

En se renseignant on peut découvrir que les gens comme elle sont nombreux dans ce cas-là mais personne ne s’en aperçoit, et pour cause, ils savent bien le cacher. Seuls ceux qui les côtoient dans la vie de tous les jours peuvent et savent déceler les moments de stress et d’angoisse intenses. Lire la suite

Quand le public ne vous aime pas …

Quand le public ne vous aime pas …

… il vous le rend bien, et en plus cher.

Je voulais commencer un billet sur les tics de Stéphane Rotenberg. Munie d’un crayon et d’un papier, j’étais donc en train de noter les différents gestes ou paroles qu’il prononçait. Je suivais plus les mimiques de Stéphane que le déroulement du jeu. J’en avais déjà écrit une bonne page, ce qui correspond à environ quinze minutes de l’émission, lorsque je me suis rendue compte du score sans appel du premier vote des téléspectateurs jugeant le dressage d’un apéro crevettes-avocat-sauce cocktail. Je ne vais pas polémiquer sur la présentation des deux plats, bien que l’un des deux soit au dessus de l’autre sans aucun doute. Premier score : 21% pour Naoëlle contre 79 pour Jean.

Deuxième plat, 17% contre 83 pour Jean.

Et le lynchage a continué toute la soirée. Une exécution en règle de la part des télé-spectateurs, demandée par certains sur les réseaux sociaux. Lire la suite

En vélo Simone, un symbole du mariage

En vélo Simone, un symbole du mariage

« Encore un couple de jeunes mariés qui part en voyage de noce en tandem autour du monde. »

Vous êtes-vous alors déjà posé la question, en entendant cela, de la raison de cette mode bizarre s’il y en a une qui consiste à partir en vélo pour un voyage de noce ? A part être un mordu de vélo qui entraîne sa femme sur les routes, avec le soleil et la poussière des chemins, cela semble assez éloigné de la lune de miel idéale, avec palmiers et plage de sable fin. Alors pourquoi choisir ce moyen de locomotion et ce trajet assez original s’il en est ?

Lire la suite

Un Bisounours extrémiste

Un Bisounours extrémiste

Vécu d’une dangereuse extrémiste ayant forcé les barrages de police pour aller sur les Champs.

Les Champs Elysées vers 17 heures le 24 mars.

Les Champs Elysées vers 17 heures le 24 mars.

Dimanche matin. Il est 8h30, le réveil sonne. Aujourd’hui c’est un jour spécial. Je vais manifester à Paris pour la deuxième fois. Je télécharge la fameuse application Zoomzoomzen dont tout le monde parle. J’essaie de comprendre comment cela fonctionne puis j’invite des amis à participer à l’évènement. C’est amusant, on se voit bien et de manière précise. Je me dépêche un peu, je dois acheter quelque chose pour le déjeuner. Bon, j’ai raté mon train.

Sur le quai de la gare, des hommes et des femmes avec drapeaux, pancartes et couleurs vives. Ils chantent. Ils sont partout.

Tout s’enchaine rapidement. Je retrouve des amis, nous déjeunons. Nous nous bombons les cheveux. Voilà mes cheveux colorés en rose, magnifique. Petite photo-souvenir puis nous sommes partis vers le seizième arrondissement. Nous marchons beaucoup. Il est 14h30 lorsque nous arrivons à la place Dauphine. On nous dit que nous pouvons remonter l’avenue Foch.

Lire la suite

« And now she’s looking for a downto(w)n man »

Vous aurez sûrement reconnu la chanson de Billy Joel ‘Uptown Girl’ dans le titre de ce billet. Cette chanson reflète bien le sujet que je vais aborder ici. J’ai écrit tout récemment un peu sur la série Downton Abbey et sur son succès. Je vais désormais me pencher sur ce qui fait une partie de celui-ci.

Un jour mon prince viendra … L’histoire de Mary et Matthew pourrait s’apparenter à un conte de fée, il y a les bons et les mauvais personnages, les péripéties, les épreuves qui font avancer et celles qui font reculer. Un schéma qu’aimerait bien les Structuralistes en somme. La magie est présente non sous forme de baguette magique (on ne voit pas apparaître la marraine un peu bonne fée ou les sept nains) mais sous l’aura qui se dégage des personnages et de leur relations, comme si tout avançait par enchantement. L’histoire en elle-même montre l’ascension par le concours des circonstances, d’un petit avocat de province à la place d’héritier présomptif d’un domaine et d’un titre. Le crapaud (pas si vilain que cela) tombe amoureux de la princesse et se transforme lui-même en prince. L’histoire de Kate et William, couronne mise à part. Tout est une question d’adaptation.

Lire la suite